Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Marche De Pâques
  • : Une initiative de la Coordination Diocésaine de la Pastorale des Jeunes du diocèse de Troyes
  • Contact

Recherche

/ / /

Vendredi saint 2012

 

Interventions Dominique Roy

 

 

1) Tu voudrais savoir pourquoi Jésus est mort et s’il a choisi de mourir sur cette croix …

 

Bien sûr que non… il n’a pas choisi de mourir sur une croix… il a choisi d’être fidèle au projet du Père qui souhaite que tout homme soit sauvé… il a choisi alors de dénoncer tout ce qui détruit l’homme : les injustices, les exclusions, la violence… il a choisi de dénoncer la religion quand elle est contre l’homme et quand elle s’annonce elle-même au lieu d’annoncer l’amour de son Père pour tous les hommes et en particulier les petits et les pauvres.

 

Alors, tu comprends, cela n’a pas plu aux puissants de la société et de la religion…

 

Tu sais, quand on choisit d’aimer, ce n’est pas toujours facile. Cela me rappelle Sophie au cours d’un camp de préparation de confirmation : elle a dit : c’est facile d’être chrétien… il suffit d’aimer et elle ajouta : c’est là que ça se complique. !

 

Le plan de Dieu n’était pas que son Fils meurt dans ces conditions horribles … mais, à l’époque de Jésus, suivre le plan de Dieu pouvait conduire au procès et à la mort. Aujourd’hui, il y a encore des hommes et des femmes qui sont moqués, persécutés, tués à cause de leur engagement au service de l’homme, de tous les hommes, au service de l’Eglise aussi …

 

Jésus a été fidèle et, parfois, la fidélité ça coûte cher …mais cela conduit au bonheur, le vrai, pas celui des addictions - l’argent, le tabac, l’alcool, la drogue, la réussite individuelle, le pouvoir – non, le vrai bonheur qui fait de nous des hommes libres, responsables, solidaires … 

 

 

2) tu voudrais savoir ce que cela a changé pour les hommes que Jésus soit mort.

 

Tu sais, le plus important pour les hommes, ce n’est pas la mort de Jésus … c’est que, par sa mort, il nous a ouvert la porte de la vie : cela s’appelle la résurrection !

 

La mort en croix de Jésus, c’est la mort d’un condamné comme beaucoup d’autres …. Ce qui est important, ce n’est pas sa mort en croix … ce qui est important c’est pour quoi il est mort et comment il est mort … il est mort pour nous redire que si le premier mot de tout c’est l’amour, le dernier mot de tout peut être l’amour.

 

Il est mort sans haine, sans désir de vengeance, dans la confiance en son Père. C’est cette confiance à laquelle il nous appelle en nous demandant, aujourd’hui, là où nous vivons, d’agir pour passer de tout ce qui détruit l’homme à tout ce qui le rend heureux … passage de l’injustice à la justice, de l’égoïsme à la solidarité, du bruit au silence, de l’isolement au partage …. C’est cela passer à la suite du Christ de la mort à la vie. Alors, en effet, cela peut tout changer pour les hommes, pour nous.

 

Rien ne nous décourage dans ce combat pour la vie. Pourtant il y aurait de quoi, parfois, de s’asseoir et de pleurer amèrement. Mais nous tenons bon parce que, nous le voyons, Lui, le Premier se blesser jusqu’au sang. Nous n’avons pas de signe distinctif. Mais on nous reconnaît facilement. Le monde s’enterre, trop souvent, dans l’individualisme forcené ? Avec les hommes de bonne volonté, nous essayons d’inventer la convivialité ! Les rapports humains s’enlisent, trop souvent, dans le donnant-donnant ? Avec les autres, nous essayons de créer le service gratuit. Les arrogants de tous bords paradent sur le devant de toutes les scènes ? Avec tous ceux qui s’engagent au service des plus petits, nous essayons de travailler pour que les perpétuels oubliés aient droit aussi aux meilleures places !

 

Tu vois, suivre le Christ dans ce combat pour la vie, cela peut contribuer, chacun à notre place, à changer notre monde !

 

 

3) Pourquoi Jésus n’est-il plus parmi nous ?

 

Beaucoup, comme toi, s’interrogent sur l’absence du Christ après les événements de Pâques. Mais il n’est pas absent ! Avant de rejoindre son Père, il nous a promis de nous envoyer son Esprit Saint pour nous aider à continuer le travail ! Imagines qu’il soit encore, physiquement, sur terre. Nous, les chrétiens, nous ne serions pas à la hauteur et ne crois-tu pas qu’on lui laisserait faire tout le travail ?!

 

Il a confié à son Eglise le soin de continuer la mission voulue par le Père : annoncer une Bonne Nouvelle à tous les hommes. Et il nous en a donné les moyens.

 

Il y a un vitrail dans la cathédrale qui raconte la mission confiée à l’Eglise : on y voit le Christ remettre les clés du Royaume à Pierre … celui qui nous ressemble tant, tu sais, celui qui l’a renié trois fois … et on y voit Pierre remplir cette mission dans trois directions : il transmet l’Evangile … la Parole de Dieu … quelle présence merveilleuse … il rencontre une malade : c’est la charité … il visite un chef d’état, c’est la justice et la solidarité … et à la fin de sa vie, il remet tout cela entre les mains du Christ qui l’accueille les bras ouverts en lui disant : « viens bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître … viens entre dans la Gloire de Dieu toi qui a essayé d'agir, comme tu as pu, pour le bonheur des hommes ! » Voilà ce que nous sommes invités à vivre ensemble dans notre belle et heureuse Eglise qui annonce l’Evangile. Regarde-nous ce soir … regarde là, ce soir, notre Eglise … elle n’est pas belle l’Eglise du Christ ?!

 

Et puis, tout à l’heure, nous allons pourvoir communier.

 

Le corps et le sang du Christ dans l'Eucharistie sont le signe de Dieu allant jusqu'à l'offrande totale de soi afin de nous ouvrir l'espérance. Le corps et le sang offerts du Christ sont les signes de Dieu voulant donner aux vivants une nourriture capable de leur faire traverser tous les déserts de la vie et de la foi et capable de les faire accéder à la Terre Promise, au bonheur pour toujours. Ils sont le pain et le vin venant de Dieu, par lesquels on commence à vivre de la vie même de Dieu. Ils sont les signes de Dieu, pour ceux qui marchent et qui ont besoin d'être réconfortés. Ils sont les signes visibles de la proximité de Dieu, puisqu'avec eux, Dieu devient notre compagnon de route. Or le mot «compagnon» signifie: celui avec qui on partage le pain.

 

Tu vois, le Christ ne nous a vraiment pas abandonné !

Partager cette page

Repost0